La Corbeille de fruits

Free texts and images.
Jump to: navigation, search

La Corbeille de fruits
written by Rabindranath Tagore, translated by Hélène Du Pasquier
1920.

I

Commande, et je cueillerai tous mes fruits pour te les apporter à pleines corbeilles dans ton jardin, quoiqu’il y en ait de gâtés, et d’autres verts encore.

Car la saison devient lourde de sa splendeur, et la flûte du berger se plaint dans l’ombre.

Commande, et je mettrai à la voile sur la rivière.

Le vent de mars s’est levé, il a troublé les vagues alanguies.

Le jardin a exhalé toute son âme, et dans l’heure attristée du soir, un appel est venu de ta maison, sur la plage dorée par le couchant.

II

J’ai chéri ce monde
Et l’ai entouré comme une vrille végétale avec chaque fibre de mon être !
La lumière et la ténèbre de la lune mêlée au soir
Ont flotté parmi ma conscience, en elle se sont fondues,
Tant qu’à la fin ma vie et l’univers
Sont un !
J’aime la lumière du monde, j’aime la vie en elle-même.
Pourtant ce n’est pas une moindre vérité que je dois mourir.
Mes mots, ils cesseront un jour de fleurir parmi l’espace ;
Mes yeux, jamais ils ne pourront plus se livrer à la lumière ;
Mes oreilles s’entendront plus les messages mystérieux de la nuit,
Et mon cœur
Il ne viendra plus en hâte au fougueux appel du soleil levant !
Il faudra que je prenne fin
Avec mon dernier regard,
Avec ma dernière parole !
Ainsi le désir de vivre est une grande vérité,
Et l’adieu absolu, une autre grande vérité.
Pourtant doit se produire entre eux une harmonie !
Sinon la création
N’aurait pu supporter si longtemps souriante
L’énormité de la fraude !
Sinon la lumière aurait déjà noirci, comme la fleur dévorée par le ver !

Rabindranath Tagore

Tes yeux m’interrogent, tristes, cherchant à pénétrer ma pensée ; de même la lune voudrait connaître l’intérieur de l’océan.
J’ai mis à nu devant toi ma vie tout entière, sans en rien omettre ou dissimuler. C’est pourquoi tu ne me connais pas.
Si ma vie était une simple pierre colorée, je pourrais la briser en cent morceaux et t’en faire un collier que tu porterais autour du cou.
Si elle était simple fleur, ronde, et petite, et parfumée, je pourrais l’arracher de sa tige et la mettre sur tes cheveux.
Mais ce n’est qu’un cœur, bien-aimée. Où sont ses rives, où sont ses racines ?
Tu ignores les limites de ce royaume sur lequel tu règnes.
Si ma vie n’était qu’un instant de plaisir, elle fleurirait en un tranquille sourire que tu pourrais déchiffrer en un moment.
Si elle n’était que douleur, elle fondrait en larmes limpides, révélant silencieusement la profondeur de son secret.
Ma vie n’est qu’amour, bien-aimée.
Mon plaisir et ma peine sont sans fin, ma pauvreté et ma richesse éternelles.
Mon cœur est près de toi comme ta vie même, mais jamais tu ne pourras le connaître tout entier.

………….
Non, il n’est pas en ton pouvoir de faire éclore le bouton
Secoue-le, frappe-le : tu n’auras pas la puissance de l’ouvrir.
Tes mains l’abîment ; tu en déchires les pétales et les jettes dans la poussière.
Mais aucune couleur n’apparaît, et aucun parfum.
Ah ! il ne t’appartient pas de la faire fleurir.
Celui qui fait éclore la fleur travaille si simplement.
Il y jette un regard, et la sève de vie coule dans ses veines.
À son haleine, la fleur déploie ses ailes et se balance au gré du vent.
Comme un désir du cœur, sa couleur éclate, et son parfum trahit un doux secret.
Celui qui fait éclore la fleur travaille si simplement.